Vous êtes ici : DERNIERS ARTICLES

Les évènements du 5 AVRIL 2018

  • Grève des précaires de l’éducation le 5 avril 2018 - Mars 2018

    Sud Éducation plus que jamais engagé contre la précarisation de l’Éducation nationale soutient l’appel à la grève de l’Assemblée des précaires d’Île-de-France et appelle à une grève nationale des précaires de l’éducation le 5 avril 2018
    Dans l’ÉN, 1 personnel sur 4 est précaire Les non-titulaires voient leurs droits de plus en plus rognés comme le montrent la nouvelle mouture des CUI, les PEC-CUI et ses contrats de 10 mois ou le recours à des missions de Service civique qui sortent du cadre du Code du travail. (...)

Les syndicats parisiens SNUipp-FSU, SNUDI FO, SE-Unsa, Sud Education, CNT-STE et CGT Educ’Action ont appelé les enseignant.es à ne pas faire passer les évaluations et à ne pas saisir les résultats dans l’application dédiée. Face à la mobilisation des enseignant.es, le ministère de l’Éducation nationale a décidé d’entrer en guerre contre les professeur.es en les menaçant de sanctions pour faute professionnelle. Malgré les différents engagements passés du Dasen de ne pas sanctionner les collègues mobilisé-es,

L’Académie a été prompte à s’engouffrer dans une dérive autoritariste puisqu’elle a envoyé les IEN dans les écoles dès le lendemain de la parution de la note ministérielle pour répercuter les menaces sur les collègues. L’Académie indique clairement que des sanctions disciplinaires (avertissement ou blâme) seront prises contre les collègues qui maintiendraient leur décision. Dans certaines circonscriptions, les IEN n’ont pas hésité à amplifier les consignes académiques et à accentuer la pression.

Ce ne sont pas seulement les enseignant-es de CP qui sont concerné-es, mais c’est bien l’ensemble de la profession qui est visée. Formations obligatoires, méthodes de lectures imposées, injonctions pédagogiques diverses et variées… Cette
dérive autoritariste s’inscrit dans une politique plus générale de caporalisation des enseignant.es dont témoigne notamment le projet de loi Blanquer sur « l’école de la confiance ».

Les syndicats parisiens SNUipp-FSU, SNUDI FO, SE-Unsa, Sud Education, CNT-STE et CGT Educ’Action dénoncent la dérive autoritariste du Ministère et de l’Académie. Ils réaffirment leur plein soutien aux collègues mobilisé-es

Ils proposent aux conseils des maître.sses de se réunir au plus tôt, d’adopter la motion ci-dessous et de la renvoyer aux syndicats. La remontée à la hiérarchie sera faite de manière collective.

Nous, enseignant-es de l’école xxx réuni-es en conseil des maître-sses le xxx, dénonçons la volonté de l’académie de Paris de sanctionner les enseignant-es de CP ne faisant pas passer les évaluations ou refusant de remonter leurs résultats. Nous soutenons nos collègues et exigeons qu’aucune sanction ne soit prise et que les pressions cessent.

La mobilisation très large du 19 mars témoigne d’un véritable ras-le-bol de la profession et des inquiétudes qui ne cessent de croitre dans la profession, elle a signifié au gouvernement le refus des réformes en cours et en particulier de la loi Blanquer au cœur des mots d’ordre
.
En effet les attaques contre le service public d’éducation se font de plus en plus fortes et se caractérisent par la volonté de nous écraser et de nous bâillonner (article 1er du projet de loi Blanquer).

C’est pourquoi SUD éducation 56 appelle dans l’unité la plus large des organisations syndicales, tous les collègues à créer le rapport de force qui fera reculer le gouvernement.

En intersyndicale ont été décidées plusieurs actions (qui doivent être le plus animées possible, ramenez vos casseroles, vos sifflets, vos bidons ou tout ce qui nous permettra de nous faire entendre et voir) pour la période à venir

- le mardi 26 mars, les collègues, les équipes partout où elles le peuvent se réunissent après la classe devant leurs écoles de manière à renseigner et associer les parents d’élèves. Vous trouverez en pièce jointe un tract à distribuer à la sortie qui pourra permettre d’engager le dialogue. La présence de la presse locale est évidemment souhaitable. Toutes les initiatives sont les bienvenues.

- Le mercredi 27 mars, rassemblements à partir de 17h30 devant la sous préfecture de Lorient et la préfecture de Vannes contre le projet de loi pour la transformation de l’État qui veut casser le statut de la fonction publique.

- le samedi 30 mars, manifestation à Vannes de 10h30 pour la défense du service public d’éducation, pour le retrait de toutes les réformes qui mettent en œuvre une école du tri social, de la sélection et des inégalités territoriales.

- le jeudi 4 avril, appel à la grève et manifestation devant l’Inspection Académique suivie ou précédée d’une assemblée générale de tous les personnels (les modalités seront précisées ultérieurement) afin d’élaborer collectivement la suite du mouvement.

Attention !
- L’école de la confiance vous surveille !! N’utilisez pas vos adresses professionnelles, encore moins les adresses de votre école. Nous sommes sous haute surveillance. Des collègues en font les frais.
- Ne faites aucune distribution de tracts ou autres dans l’enceinte de l’école.

STAGE DE FORMATION SYNDICALE

Les 16 et 17 mai 2019 à Lorient (de 9h à 17h00)
SUD éducation 56 – 81, Bd Cosmao Dumanoir
Pédagogies alternatives et coopératives !
(Interventions du groupe Freinet, de la Pédagogie Institutionnelle, du GFEN,OCCE..)

Nous organisons pour la 4ème année consécutive un stage sur les pédagogies alternatives et l’autogestion les 16 et 17 mai 2019.
- Parce qu’on aimerait mettre en pratique dans les classes ce que l’on défend dans la rue !
- Parce que nous sommes porteurs de valeurs communes : la coopération plutôt que la mise en concurrence des élèves, la critique de l’autoritarisme, la prise en compte des inégalités sociales et l’adaptation de la pédagogie aux difficultés de chacun….
- Parce que débattre entre nous de pédagogie, partager nos expériences, nous manquent !
Ce stage sera co-animé par des mouvements pédagogiques, l’ICEM, le groupe de Pédagogie Institutionnelle, le GFEN et l’OCCE. Ce moment permettra d’avoir des moments d’échanges entre pairs en dehors du regard de l’administration.
Le jeudi soir, nous avons prévu une conférence à 18h à la cité Allende de Lorient, animé par Alain Chevarin (ex prof de l’IUFM de Clermont Ferrand, agrégé de grammaire) ayant pour thème : De Montessori aux neurosciences : offensives contre l’école du commun
Nous avons le droit à 12 jours de formation syndicale, utilisons-les !
Les inscriptions sont à faire un mois avant l’ouverture du stage auprès de votre supérieur.e hiérarchique soit avant le 16 avril (voir pièce jointe) accompagné de votre habituelle demande d’autorisation d’absence. Attention les vacances de Pâques débutent le 5 avril, n’oubliez pas de l’anticiper.
Si vous n’avez pas de réponse de votre hiérarchie 15 jours avant le début du stage (soit avant le 1er mai), vous pouvez considérer que c’est une réponse positive.
Pour des questions d’organisation, prévenez-nous de votre inscription à l’adresse de SUD éducation 56.

Tous les personnels ont droit à 12 jours de formation syndicale par an, usons-en ! La demande est à faire auprès de l’administration 1 mois avant le début du stage. Modèle de lettre joint à adresser à votre hiérarchie avant le 16 avril 2018.

Pensez à : ➢ Transmettre votre demande avant les vacances
➢ Nous prévenir de votre participation

DERNIERS ARTICLES