Vous êtes ici : DERNIERS ARTICLES > Actualité > Grève sanitaire du 10 novembre dans le Morbihan
Par : Erwan
Publié : 11 novembre 2020

Grève sanitaire du 10 novembre dans le Morbihan

Une centaine de personnes se sont réunies à Vannes et Lorient, une dizaine à Pontivy. Plusieurs écoles du département étaient fermées, un nombre conséquent de collègues étaient en grève dans les établissements du second degré. A Lorient, l’ensemble des personnels de vie scolaire de deux collèges se sont mis en grève, tout comme le personnel de cantine dans plusieurs écoles maternelles et primaires. Beaucoup de grévistes ne sont pas rendus aux rassemblements dans ce contexte « sécuritaire » de confinement.
Sud éducation a participé à l’audience obtenue par l’intersyndicale auprès du directeur académique :

• Dédoublement des classes dans le second degré :

Les modalités d’organisation sont différentes d’un établissement à l’autre avec parfois des aberrations aboutissant au maintien des groupes de 35 élèves en première et terminale ! Des tensions sont apparues dans des équipes pour décider d’une organisation en l’absence de cadrage académique. Les collèges ne seront pas concernés à l’heure actuelle. C’est incompréhensible d’un point de vue sanitaire, alors que la distanciation physique est parfois impossible à respecter dans plusieurs établissements. Des classes de troisième professionnelle ne sont par exemple pas concernées dans un lycée professionnel. Mais bien sûr, le virus sait faire la distinction !

• Tests

Le 30 octobre, Le ministre avait annoncé une campagne de test volontariste dans les établissements pour les personnels. Dix jours plus tard, toujours rien, mis à part des annonces dans la presse. Aucune instruction ou directive n’est parvenue à l’inspection académique du Morbihan à ce jour. Combien de personnels et d’élèves ont été contaminés sans le savoir sachant que la majorité des personnes positives sont asymptomatiques ? Comment expliquer que depuis le 17 septembre, du jour au lendemain, les personnels et les élèves d’une classe ne sont plus considérés comme cas contacts à moins de trois cas positifs avérés (au lieu d’ un seul la veille) ?
Dans la semaine du 2 au 8 novembre, on nous a fourni les chiffres de 93 cas positifs (personnels et élèves) : soit deux fois plus qu’avant les vacances dans le département et pourtant on n’applique pas la doctrine « Repérer ,Tester Isoler » dans les écoles.
Cherche-t-on à minorer l’ampleur des contaminations dans les établissements ?
L’école n’est pas la garderie du MEDEF !

• Remplacement dans le 1er degré :

De l’aveu même de l’administration, la situation est catastrophique, plus aucun remplaçant disponible, une vingtaine de classe non remplacée chaque jour. En l’absence de remplaçant , le directeur académique assume « qu’il faut répartir les élèves dans les autres classes quitte à ne pas respecter les distanciations physiques et à brasser les élèves » c’est scandaleux !
C’est aux équipes de ne pas accepter de mettre en danger les élèves et leurs familles et de se protéger !

• Fort de café !

Alors qu’aucune des demandes des organisations syndicales n’ ont été entendues (recours massifs aux listes complémentaires pour trouver des moyens exceptionnels, dédoublement des classes en attendant dans les collèges, protocoles plus stricts et protecteurs, tests proposés aux personnels),le directeur académique va informer les personnels qu’il ne faut pas qu’ils prennent un café ou déjeuner ensemble à l’intérieur !

SUD éducation 56 appelle les personnels à se protéger et ainsi que leurs élèves et leurs familles :

- En se réunissant collectivement pour décider de toutes formes d’actions pour réclamer des conditions de travail plus protectrices (rassemblements, contact presse, droit de retrait, grève ,etc) .Sud éducation appuiera toutes les initiatives
- En demandant à être testé.e sur son lieu de travail par courrier à son supérieur hiérarchique. (modèle sur notre site)
- En remplissant des fiches de registre santé sécurité au travail si vous estimez que l’organisation ou l’absence de protection vous fait courir un risque physique ou psychologique.
- En dénonçant le manque de remplaçants auprès des parents et de la presse locale.

Grève sanitaire du 10 novembre dans le Mobihan
modele_demande_de_test_covid