Vous êtes ici : DERNIERS ARTICLES > Actualité > "Synthèse" des réponses au questionnaire "Bilan 1ère phase de retour dans les (...)
Publié : 13 juin

"Synthèse" des réponses au questionnaire "Bilan 1ère phase de retour dans les établissements"

Vous trouverez en pièce jointe une "synthèse" des réponses au questionnaire "Bilan 1ère phase de retour dans les établissements", rempli par 28 collègues du département.

Synthèse

Cela donne une photographie de notre vécu sur le terrain, entre le 11 et le 29 mai.
Nous avons fait le choix de laisser certains commentaires « bruts », car ils parlent d’eux-mêmes.

En voici deux que nous reprenons à notre compte :

- « Nos instances ont bien pris soin de ne pas pouvoir être mis en cause en cas de contamination mais l’aspect pédagogique et social de l’enseignement a disparu. Où est passé le sens de mon métier ? »
- « Manque total d’anticipation du ministère : nous avons été informés par la presse, en même temps que les parents. Des infos qui changent sans arrêt. Un vrai manque de respect pour nous ».

Les directeurs et directrices, largement représenté-es dans les réponses, font état de leur épuisement. Elles, ils ont eu à subir la pression permanente d’une sollicitation continue de la hiérarchie. A la fin du mois de mai, la fatigue était déjà largement ressentie par tout-e-s (équipes enseignantes, ATSEM, AESH, personnels communaux), due à l’application d’un protocole très lourd et anxiogène, autant qu’inapplicable.

Le ministre fait des annonces, que l’administration relaie verticalement, sans tenir compte de la réalité du terrain.

Tandis que Blanquer prétendait que tout était sous contrôle, dans les écoles et établissements la réalité était tout autre : à nous de nous débrouiller, et de fermer les yeux sur les incohérences et défaillances. Aujourd’hui, sans rire, il menace de sanction les "profs décrocheurs".

En tant qu’organisation syndicale, nous avons essayé de mettre à disposition des personnels les outils nécessaires pour permettre à chacun-e de se protéger, dans cette période difficile.

Actuellement une campagne de dénigrement des personnels enseignants a cours dans un certain nombre de media depuis quelques jours. le ministre Blanquer lui-même livre les personnels à la vindicte populaire. Le ministre a ainsi pu déclarer qu’une partie des personnels “n’a pas été à la hauteur”, et que leurs manquements sont “sanctionnables”. Comme à son habitude, Blanquer use de trois registres pour essayer de faire oublier son incapacité à gérer correctement la crise sanitaire : paternalisme, infantilisation et autoritarisme.

Sud éducation condamne les propos de Blanquer !