Vous êtes ici : DERNIERS ARTICLES > Agenda > Quelle retraite si le projet Macron passe ?
Publié : 14 décembre 2019

Quelle retraite si le projet Macron passe ?

À quel âge je pourrai partir ?

► Recul de l’âge de départ avec un âge pivot à 64 ans… à condition d’avoir une carrière complète ! (malus avant 64 ans).
►Travailler plus longtemps quand plus de 3 millions de personnes sont au chômage dont 20 % des jeunes… cherchez l’erreur !

Combien j’aurai ?

► Impossible à prévoir, mais moins !!

1► Bloquer le budget des retraites à 13,8 % du PIB - à la demande de la
Commission Européenne (dont l’objectif à terme est de ramener nos dépenses de retraites à 12% du PIB) – va forcément entraîner la baisse des retraites et des pensions puisque le nombre de bénéficiaires va augmenter mais pas le financement.

2► Calculer sur l’ensemble de la carrière le montant de « points » au nom de l’équité est une escroquerie :
Les femmes avec les congés maternité, les salariés avec les congés parentaux, les périodes de chômage, de maladie, de reconversion, etc. seront pénalisés.

3► La mise en place du régime universel par point va précariser les retraites et les pensions dont la valeur fluctuante ne peut que diminuer.
- 2021 : 10€ de cotisés = 1 point = 0,55€ de retraite
Et en 2040 ? 15€ de cotisés = 1 point = 0,35€ de retraite ?
- Les pays (Suède, Hollande, etc.) où le système de points a été instauré ont tous vu le niveau des retraites et des pensions diminuer fortement.

Pourquoi cette réforme ?

► Les assurances privées veulent faire main basse sur les 380 milliards de cotisations annuelles pour la retraite…
La Loi Pacte prévoit déjà de récupérer l’épargne des Français pour la spéculation.
Précariser la retraite par répartition va pousser les salariés à capitaliser (via des mutuelles d’entreprise, via des systèmes individuels s’ils en ont les moyens !) au risque de tout perdre à la première crise boursière !
- Ainsi, la baisse des contributions de 28 % à 2,8 % pour les salaires à partir de
10 000€ ouvre la voie à ce détournement.
- Ce n’est pas anodin si le Haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye était administrateur au sein d’un institut de formation de l’assurance !

La retraite par répartition est-elle viable ?

► Oui ! Elle l’a prouvé depuis plus de 70 ans ! Et depuis 1946 la richesse n’a cessé d’augmenter.

► Le système actuel est d’ores et déjà viable jusqu’à 2025 (138 milliards d’€ de réserve dans le régime général et 173 milliards d’€ de réserve dans celui de l’Agirc & Arco, notamment).
On peut reverser immédiatement les sommes collectées, et non les placer pour spéculer.

Nos revendications

► Pour une retraite décente pour tou·te·s !

► Départ en retraite à 60 ans en comptabilisant les années d’études et de précarité.

► Reconnaissance de la pénibilité pour tous les métiers avec extension des dispositifs de départ anticipé existants.

► Oui à la solidarité interprofessionnelle et intergénérationnelle, avec la Sécurité sociale gérée par des organisations de salarié.e.s
► Une meilleure répartition des richesses :
- Stop aux exonérations patronales (20 milliards d’€ de cotisations / an)
- Stop au CICE même modifié (16,5 milliards en 2017, autant sinon plus depuis)
- Stop au crédit d’impôt recherche, qui détourne de l’enseignement supérieur et de la recherche publique près de 6 milliards d’€ tous les ans au profit des grandes entreprises
- Taxer les profits (30 milliards d’€ de cotisations / an) et les dividendes (54 milliards perçus par les actionnaires en 2018)

► Oui à l’égalité salariale entre hommes et femmes (+ 6,5 milliards de cotisations supplémentaires)

► Oui à l’augmentation générale des salaires
Pour obtenir le retrait total du projet de loi, amplifions la grève interprofessionnelle et reconductible !