Vous êtes ici : DERNIERS ARTICLES > Instances Paritaires > CHSCT > Déclaration de sud éducation56 au CHSCT du Morbihan du 7 mars (...)
Publié : 9 mars

Déclaration de sud éducation56 au CHSCT du Morbihan du 7 mars 2019

’Déclaration de sud éducation56 au CHSCT du Morbihan du 7 mars 2019

Depuis le début de cette année scolaire aucune réunion du CHSCTD n’a eu lieu. Nous avons d’ailleurs alerté à ce sujet Madame La Rectrice en lui adressant un courrier. Madame La Rectrice nous répond que l’absence, le changement de secrétaire général.e sur le Morbihan explique que depuis 6 mois aucune réunion n’a pu se tenir. Cette réponse ne peut nous satisfaire dans la mesure où c’est de la responsabilité de la présidente du CHSCTD, c’est à dire Madame La DASEN, de réunir cette instance.

Certes, la loi impose de réunir 3 CHSCTD au minimum durant l’année scolaire, chose qui sera faite, nous n’en doutons pas, encore faut-il que cela soit réalisé de manière réactive et en lien direct avec les réalités du terrain. L’article 2 du règlement intérieur stipule que le CHSCT se réunit chaque fois que les circonstances l’exigent.

Pour SUD éducation 56 les circonstances exigent de réunir le CHSCT quand :

- L’école de Josselin est déplacée dans un collège pour cause d’amiante (les membres du CHS-CT
n’ont même pas été informés).
- Le nombre de fiches RSST augmente, preuve de la souffrance au travail des personnels.
- Un faux-plafond s’effondre dans une école (signe supplémentaire de l’état de délabrement des établissements scolaires de Lorient).
- Une campagne de mesure du taux de radon et de la qualité de l’air est en cours et peut-être même terminée…
- des fusions d’écoles ont été décidées alors que le CHSCT du Morbihan du 11 mai 2017 a voté à l’unanimité : « Le CHSCTD du Morbihan de l’Education Nationale donnera son avis dans les projets de fusion d’écoles dans le Morbihan au regard de l’impact sur les conditions de travail des personnels. »

SUD éducation 56 pense que le CHSCT est déconsidéré par l’Inspection Académique du Morbihan, alors que l’employeur a pourtant l’obligation de mettre en oeuvre tous les moyens pour garantir et améliorer la santé et la sécurité au travail de ses agents.

Les projets de réformes et de fusion des instances représentatives nous font craindre que le CHSCT ne devienne une coquille encore plus vide.

Pour finir, Pourquoi à notre connaissance, n’y-a-t-il toujours pas eu l’intervention de la psychologue du travail sur l’EREA à Ploemeur ?