Vous êtes ici : DERNIERS ARTICLES > Solidaires > 19 mars 2019 est une journée de mobilisation interprofessionnels (...)
Publié : 9 mars

19 mars 2019 est une journée de mobilisation interprofessionnels public/privée.

Le 19 mars 2019 est une journée de mobilisation interprofessionnels public/privée.

GRÉVE ET MANIFESTATIONS
- 10h30 LORIENT : Maison des syndicats Cosmao-Dumanoir
- 10h30 VANNES : Zone du Prat
- 11h BELLE ILE : Le Port Le Palais

C’est partout que la précarité s’aggrave...

La situation sociale en France est marquée par l’expression diverse et multiple d’un mécontentement social grandissant, par l’aspiration à une véritable justice sociale et fiscale, par la dénonciation des reculs sur les libertés publiques comme individuelles. Le mouvement des gilets jaunes est l’expression récente de cette profonde crise sociale.

Alors que les annonces faites par le président de la République ou son gouvernement n’ont pas répondu aux attentes, alors que des lois portant atteinte aux libertés syndicales et de manifester sont votées, que les prix des produits de consommation courante continuent à la hausse, que la suppression de l’ISF n’est pas remise en cause, que le chômage progresse… Le « grand débat national » ne peut ni se substituer, ni contourner, encore moins être opposé aux revendications sociales et syndicales.

Pour les jeunes, les difficultés ne cessent de croitre : sélection, réforme du lycée et de la voie professionnelle, hausse des frais d’inscription des étudiant-es étranger-ères hors UE, progression de la précarité étudiante et gel des prestations sociales, ne font qu’attaquer le droit d’étudier.

En parallèle, le patronat, particulièrement celui des grands groupes, porte lui aussi une grande responsabilité dans l’exaspération sociale. C’est dans les entreprises et dans les services publics que les salarié-es sont considéré-es comme un coût et non pour ce qu’ils/elles sont : une richesse. C’est là que les conditions de travail se dégradent.
Dans ce contexte, il s’agit de gagner l’augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux, l’égalité femmes-hommes et un véritable droit à l’éducation et à la formation. Il s’agit aussi de renforcer notre protection sociale et notre système solidaire de retraite par répartition. Il s’agit enfin de répondre aux enjeux climatiques et environnementaux, tout en développant des emplois de qualité… C’est dans ce but que notre organisation appelle à l’élargissement et l’amplification de la mobilisation sociale.

Attaques sur la Fonction publique : défendons notre statut et nos droits !

Le projet de loi “transformation de la fonction publique”, présenté récemment par le ministère de l’Action publique, n’est pas une surprise : il reprend les préconisations de la commission CAP 2022. Les grands axes sont les suivants :

- un recours accru au contrat : la loi prévoit d’étendre le recours à la contractualisation, alors même que déjà un personnel sur 4 est contractuel dans l’Éducation nationale. Cette précarisation est une manière de contourner le statut de la fonction publique pour mieux faire exploser les droits.
- la casse du paritarisme : la réduction des marges de manœuvre des commissions administratives paritaires (CAP) prévue dans la loi signifie la fin de l’examen des mutations par les CAP. C’est la porte ouverte aux mutations sur CV et entretien d’embauche, le ministre vantant par ailleurs les mérites du recrutement direct par les cheffe-s d’établissement.
- la rémunération au mérite : le projet de loi prévoit également (article 10) d’en finir avec la notation pour aller vers des entretiens individualisés dont découlerait une rémunération au mérite. Cela entraînera une rémunération plus inégalitaire et des pressions hiérarchiques encore plus fortes.
- la suppression des comités hygiène, santé et sécurité au travail (CHSCT) : après leur suppression dans le privé dans le cadre de la loi travail, les CHSCT, instances chargées de veiller aux conditions de travail des personnels, sont fusionnées avec les comités techniques académiques, et donc vidées de leur marge de manœuvre !

Contre le projet d’école Blanquer : en grève de la maternelle à l’Université !

Le projet d’école de Blanquer est cohérent. Les réformes du tri social s’empilent : la réforme du lycée général et technologique, la réforme du baccalauréat, la réforme du lycée professionnel et parcoursup ont pour objectif d’assigner aux élèves une place au marché du travail dès le plus jeune âge. Cette logique libérale s’articule avec une logique réactionnaire : surenchère sécuritaire à l’œuvre dans les établissements au moins depuis le #pasdevague, restriction de la liberté d’expression des enseignant-e-s et de leur liberté pédagogique. Aujourd’hui, la loi Blanquer vient confirmer la cohérence de ce projet libéral et réactionnaire.

Pour combattre efficacement ces réformes, il faut les saisir dans leur cohérence et construire un rapport de force de l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale avec le gouvernement. SUD éducation appelle à combattre frontalement la loi Blanquer, révélateur du projet d’école du ministre. Avec les autres réformes, l’ensemble forme un faisceau d’attaques libérales et réactionnaires.

C’est pourquoi la fédération SUD éducation appelle à faire du 19 mars une grande journée de grève de la maternelle à l’Université contre l’ensemble des réformes Blanquer.

Rendez vous 10H30 COSMAO DUMANOIR LORIENT

POUR

- Une augmentation générale et immédiate de tous les salaires , dans tous les secteurs.
- Des mesures de rattrapage des pertes subies depuis des années.
- Des créations d’emplois partout et pour toutes et tous.
- L’abrogation des jours de carence. (Secteur Privé et public)
- Pour un accès universel aux soins, en dehors de toute discrimination .
- La revalorisation des pensions.
- Le retrait du projet de loi de réforme de la fonction publique, de la loi Blanquer et la loi ORE (Parcours sup., réforme du lycée etc .)
- L’amélioration des conditions de travail dans tous les secteurs. (Privé et public)