Vous êtes ici : DERNIERS ARTICLES > Solidaires > NON au licenciement d’un militant syndical Solidaires de La Poste (...)
Publié : 28 mars

NON au licenciement d’un militant syndical Solidaires de La Poste !

Pénicaud autorise le licenciement d’un militant syndical Solidaires de La Poste, ripostons immédiatement !

L’Union syndicale Solidaires vient d’apprendre que la ministre du travail vient d’autoriser par un courrier du 20 mars 2018 le licenciement de notre camarade de l’union syndicale Solidaires, Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD Activités Postales 92.

Celui-ci subit un véritable harcèlement disciplinaire : 10 tentatives de licenciement en 14 ans, et presque un an de mises à pied cumulées. La Poste avait déjà tenté de le licencier en 2010 en l’accusant de séquestration, alors qu’il avait participé à une occupation de la direction départementale de l’entreprise. Son licenciement avait été
refusé successivement par l’Inspection du Travail en 2010, par le Ministre du Travail en 2011, puis par le Tribunal Administratif en 2014.

En avril dernier la Cour d’Appel du Tribunal Administratif de Versailles a annulé les 3 précédentes décisions et a ainsi relancé la procédure. L’Inspection du Travail a de nouveau refusé son licenciement.
Pourtant le rapport de la contre-enquête, rédigé suite au recours hiérarchique formulé par la direction de La Poste, confirmait la décision de l’Inspection du Travail de refuser l’autorisation de licenciement de Gaël Quirante. La décision prise par Mme Pénicaud est donc bien une décision politique et un nouveau message adressé à notre union syndicale Solidaires après les poursuites disciplinaires qu’elle avait engagé à l’automne comme notre camarade de Sud Travail.

A l’heure où de nombreuses équipes de notre union syndicale sont engagées dans des luttes à la SNCF, La Poste, dans les hôpitaux, les universités, les EHPAD, à Air France, à Carrefour et dans bien d’autres secteurs encore, cette nouvelle attaque d‘une ministre qui s’avère être bien plus celle du capital que du travail loin de nous ralentir ne fait que renforcer notre détermination à mener ces batailles essentielles
pour une autre société.

Face à cette nouvelle attaque contre les droits syndicaux élémentaires et la liberté d’expression, Ne laissons pas passer cette nouvelle preuve d’une volonté manifeste de museler le mouvement social !

Rassemblement de soutien à Gaël de Sud activité postale 92 à Boulogne en marge du congrès de Sud éducation