Vous êtes ici : DERNIERS ARTICLES > Instances Paritaires > CHSCT > Déclaration de sud éducation56 au CHSCT D du 22 février 2018 et compte (...)
Publié : 16 mars 2018

Déclaration de sud éducation56 au CHSCT D du 22 février 2018 et compte rendu

Déclaration de sud éducation56 au CHSCT D du 22 février 2018
Compte rendu et réponses de l’administration

L’analyse de sud éducation 56

• La publication de tous les travaux du CHSCT doit être faite en direction des personnels
Nous demandons un vote des membres du CHSCT pour que soit ajouté le compte rendu de visite de l’ EREA de Ploemeur au PV du CHSCT-D du 8 juin 2017.
L’administration ne veut pas que les élus du personnel publient ce compte rendu.
Elle souhaite en plus pour le compte rendu de la visite du collège d’HENNEBONT qu’on y ajoute un courrier du chef d’établissement qui dénonce le manque de professionnalisme des membres de la visite.

C’est scandaleux ! L’administration essaie d’empêcher le CHSCT de fonctionner. Chaque fois que l’organisation du travail dysfonctionne, le CHSCT est empêché. Sud éducation utilisera son droit à la publicité des travaux du CHSCT pour diffuser des informations aux agents concernés.

• Comme évoqué lors du CHSCT du septembre, nous souhaiterions avoir connaissances des dernières mesures des taux de RADON dans les établissements du département. L’exposition au Radon est la seconde cause de cancer du poumon et la Bretagne est une des zones les plus exposées de France.
A compter du premier janvier, le taux passe à 300Bq/m3 pour se conformer aux directives européennes. Cela signifie que si le résultat des mesures excède ce seuil, des actions de remédiation doivent alors être mises en place pour assainir l’air que l’on respire dans le bâtiment concerné.
Sud éducation demande qu’un courrier soit adressé aux collectivités locales, départementales, régionales propriétaires des bâtiments scolaires pour que des mesures soient effectuées dans les établissements. Les agents de chaque établissement doivent être avertis de cette démarche.

Le rectorat n’a aucune mesure à communiquer et la directrice académique ne fera aucune démarche auprès des collectivités et des agents sur les mesures RADON.

Sud éducation avait alerté le CHSCT des Hautes Alpes qui n’avait pas donné suite. Quelques mois après une école a été fermée suite à des mesures bien au-delà de la normale. Les élus de sud éducation56 continueront de remplir leur rôle d’alerte et d’information.
Voici une petite vidéo informative sur le RADON :
https://www.youtube.com/watch?v=-_9Ed5lhXog

• De nombreuses fiches RSST font état de difficultés liées à des élèves à besoins particuliers qui mettent à mal les collectifs élèves et enseignants. Nous demandons que pour toutes les équipes (AVS, enseignants) qui ont consigné des fiches sur ces questions, une formation sur temps de présence élèves soit proposées. Des apports en psychologie, sur les troubles du comportement et leur gestion, sur les signaux de la maltraitance, ainsi qu’un rappel des structures et procédures d’orientation pourraient être apportés lors de cette formation.
Un élargissement de cette formation à tous les personnels pourrait ensuite être envisagé.

Seuls les conseillers de prévention vont être formés. Une information sera peut être faîte en direction des AVS et AESH.

Les personnels sur le terrain sont encore délaissés. Continuons à remplir des fiches de registres santé et sécurité, elles sont autant de traces de la souffrance au travail qui peuvent servir en cas de reconnaissance d’accidents de service ou de contentieux juridiques. Elles engagent également juridiquement l’employeur s’il ne fait rien.

• Que dire des fusions prévues pour la carte scolaire ? Les projets de fusions d’école doivent faire l’objet d’un avis du CHSCT en tant que modifications importantes de l’organisation des conditions de travail. C’est ce que nous avons voté dans cette instance. Nous demandons donc un vote contre les fusions des écoles de du Manio à Lorient et Curie / Jean Moulin à Vannes que l’administration souhaite imposée malgré l’opposition des équipes éducatives.
Pas de réponse de la part de l’administration !

• Nous souhaitons enfin alerter le CHSCT-D sur la situation de souffrance aigüe du collectif de l’école de Surzur (5 enseignantes en arrêt de travail suite à une intervention de l’administration à l’école) Les risques psychosociaux sont très élevés pour plusieurs personnels. Les modes d’intervention comme les pressions exercées ne sont pas acceptables. Nous souhaiterions avoir des précisions sur la situation et savoir comment l’administration envisage de soutenir l’équipe enseignante qui se sent désavouée et infantilisée. Une explication claire doit être donnée aux parents et les pressions doivent cesser.

La directrice n’envisage aucune action en direction de l’équipe.

La maltraitance institutionnelle se poursuit sans aucune véritable écoute pour les personnels sur le terrain. C’est collectivement que nous devrons réagir ! Sud éducation 56 va organiser des actions collectives pour faire entendre la souffrance au travail des personnels de l’Education Nationale du Morbihan .

Au cours du CHSCT, plusieurs autres points ont été traités :
-  Pollution au plomb du collège Anita Conti à Lorient : Une couche de terre va être remplacée au cours de l’été. Les activités en contact direct avec le sol ont été supprimées. Les agents du conseil départemental ont eu des visites médicales de prévention, ce qui n’a pas été le cas des personnels de l’Education Nationale.

-  Des questionnaires en ligne sur les conditions de travail vont être diffusés en direction des personnels itinérants et des professeurs d’EPS (peut être au niveau académique)

-  Aucune visite d’établissement n’est programmée.
Prochain CHSCT le jeudi 19 avril 2018

Documents joints